Vélo, c’est quoi un coup de bordure ?

Cyclisme

Grand classique de la course cycliste, le fameux coup de bordure est un fait de course qui peut faire perdre énormément de temps aux coureurs « coincés ». Explications pour les néophytes.

Du vent latéral, un peloton, un éventail et une bordure

La fameuse bordure se produit sur des étapes « à plat » courues lors de jour de vent assez fort.
Le vent latéral vient gêner le peloton qui donc avoir du mal à rouler grouper. Se forme alors ce que l’on appelle un éventail, à savoir que les coureurs vont se mettre en file indienne, les uns derrières les autres.
Les mouvements des premiers coureurs qui vont aller à droite ou à gauche de la route en fonction de l’orientation du vent vont s’amplifier au fur et à mesure que le peloton est touché, piégeant ainsi les coureurs les plus attardés pris dans un groupe qui ne peut plus bénéficier de l’effet d’aspiration du peloton. Bloqué le long de la route, loin des premiers coureurs, la cassure se fait alors entre les deux groupes, la fameuse bordure.

Coup de bordure - Blog Strava

Bordure intentionnelle ou pas ?

C’est un fait de course très connu. On peut donc imaginer que certaines équipes puissent préparer cette éventualité sur une étapes longues en ayant prévu la météo. Mais sur le principe, tous les coureurs et tous les directeurs d’équipes connaissent cette pratique et doivent s’en méfier ou la gérer en amont avec les leaders. Pour cela, les jours à risque, les meilleurs se doivent de rester au plus haut dans le groupe de coureurs, si possible accompagnés de coéquipiers qui pourront gérer les mouvements et protéger leur leader.

Photo : blog strava – Pexel