Un tour de France emballant

Le tour de France édition 2019 vient de s’achever à Paris par une étape sur les champs élysées semi nocturne.
Remportée par le sprinteur australien Caleb Ewan qui pour sa première participation repart avec 3 victoires d’étapes.
L’heure du bilan à donc sonné pour une édition épique qui va sans aucun doute rester dans les annales pour de très nombreuses raisons. Comme le confirme Christian Prudhomme, le patron du Tour à l’AFP, il s’agit du “plus beau tour de France” depuis 2007 et sa prise de fonction en tant que directeur.
Avec un très beau parcours, des grands champions, des moments de panache, de la détresse chez les favoris, une météo passant de la canicule à la tempète, des étapes raccourcies et des étapes piégeuses, des moments de bravoure, des sourires et des larmes partagées, tout ce qui fait d’un moment sportif de trois semaines la plus grande course de vélo au monde ! 

Egan Bernal, et à la fin, c’est toujours Inoes/Sky qui gagne ! 

Le tour de France à donc vu encore une fois une victoire d’un coureur de l’énorme machine de la Team Sky devenue Ineos ( Wiggins en 2012, Froome en 2013,2015,2016 et 2017, Thomas en 2018).

Egan Bernal est le premier Colombien à remporter le Tour de France, en faisant la démonstration de sa puissance dans les épreuves de montagnes, essentiellement dans les Alpes. Il à dominé toute la concurrence, y compris son leader d’équipe et à confirmé ses très bonnes disposition d’avant juillet ( Victoire Paris Nice). Il devient par la même occasion le plus jeune vainqueur du Tour à 22 ans et 6 mois !

Alaphilippe, rock star du tour

Le vainqueur des coeurs est sans conteste Julian Alaphilippe. Le coureur français, meilleur cycliste du début de saison sur les grandes classiques à animé les étapes du tour en s’emparant du maillot jaune puis en le récupérant pour le défendre avec panache pendant plus de 14 jours.
Il finit finalement 5 eme de la grande boucle mais le panache et la volonté dont il à fait preuve en fait un vainqueur moral évident aux yeux de tous les spectateurs. Même si tout le monde connaissait ses limites face aux plus grands grimpeurs, beaucoup s’étaient laissés aller à espérer un maillot jaune sur ses épaules à Paris après les premières semaines très réussies.

Pinot, le maudit magnifique

Autre grand bonhomme du Tour, Thibaut Pinot était le coureur français qui semblait avoir tout en main pour rivaliser en montagne et pouvoir espérer gagner dimanche soir sous l’arc de triomphe. Seulement le grimpeur tricolore est “poursuivi” par une malédiction qui l’à contraint à l’abandon dans les dernières journées, alors qu’il semblait possible pour lui de surclasser tout le monde en montagne, même après le fameux coup de bordure de la première semaine. Blessé lors de l’étape précédente, la douleur ne lui permettait plus de rivaliser avec Bernal ou Thomas pour la victoire finale.

Mais ce qu’il à montré pendant ce tour de France, ses capacités de grimpeur exceptionnelles, son talent sur le contre la montre individuel, la très grande progression de son équipe La Française des Jeux, font de Thibaut Pinot un vrai candidat pour une victoire finale que les français attendent depuis …. Bernard Hinault en 1985.

Bardet et le maillot à pois

Enfin Romain Bardet espérait sans doute pouvoir se mêler à la lutte pour le podium. Mais les défaillances personnelles et de son équipe ont très vite douchées ses espoirs. Pourtant, lui aussi à montrer de la combativité pour aller chercher un maillot blanc à pois rouge de meilleur grimpeur et le conserver malgré la dernière étape dans les Alpes plus difficile.
Il se classe 15 eme au général à 30 minutes du maillot jaune.

Les différents maillots et podiums

Le tour se termine donc avec 155 coureurs classés.
Le vainqueur est donc le colombien Egan Bernal suivi par Geraint Thomas et Steven Kruijswijk.
Julian Alaphilippe se classe à la 5eme position, alors que le chamion de France Warren Barguil fini le tour à une très belle 10 place.
Le maillot vert à point revient encore une fois à Peter Sagan alors que le maillot blanc de meilleur jeune est sur les épaules du vainqueur du tour qui à 22 ans est bien évidement le jeune le mieux classé.

Rendez vous maintenant le 27 juin 2020 pour un départ de Nice et la volonté de faire toujours plus fort, avec le secret espoir de voir enfin du coureur français sur la plus haute marche du podium à Paris.