Tour de France 2019 : Comprendre les enjeux de la compétition

Tour de France 2019

Le 106 Tour de France va débuter ce samedi 6 juillet à Bruxelles, certaines équipes vont tout faire pour obtenir le maillot jaune, donc la première place du classement général. D’autres iront chercher les récompenses du sprint et de régularité à travers le maillot vert, et enfin il y aura des équipes qui se focaliseront sur le maillot à pointillé, qui récompense le meilleur grimpeur. Pour chercher ces fameux maillots, il y a des règles que les passionnés de cyclisme connaissent mais qu’ils ne sont pas évidentes pour celles et ceux qui regardent par simple curiosité. C’est pourquoi nous vous présentons dans cet article tout ce qu’il faut savoir pour regarder le Tour de France dans les meilleures conditions. 

Protéger le leader

Les premières étapes du Tour de France sont cruciales pour espérer remporter la compétition mais aussi dangereuses. En effet, au début, les équipes sont en forme et font tout pour mener le peloton. Les chutes et blessures sont alors fréquentes, il est donc important que les équipes fassent le plus d’effort possible afin de protéger leurs chefs.

Paradoxalement, plus les équipes se séparent, plus le risque d’accidents augmente dans le peloton. L’endroit où le risque est le moins important est la tête de peloton, c’est pourquoi toutes les équipes la désirent. Cette bataille pour la tête de peloton est quasi impossible à régulariser avec des règles officielles, mais c’est ce qui fait son charme et qui rend la compétition si passionnante. 

Leader du classement général, le maillot jaune

Atteindre la première place du classement général permet de porter le maillot jaune. Pour obtenir ce maillot, le leader d’une équipe doit finir toutes les étapes avec le temps le plus court possible.

Le leader d’équipe doit donc être un cycliste polyvalent, capable de faire de bonnes performances dans les courses de montagne ou contre-la-montre. Comme c’est la moyenne du temps de toutes les étapes qui est pris en compte pour le classement général, c’est possible que le porteur du maillot jaune n’ait gagné aucune étape.

À la recherche du podium

Peloton du Tour de France

Même si le but est de conserver le maillot jaune jusqu’à la fin du Tour de France, une victoire d’étape a toujours un goût spécial, très désiré par les petites équipes. Ces dernières se battent dans leurs étapes favorites juste pour apparaître sur le podium. Privilégier une étape au dépend des autres est le meilleur moyen de gagner, mais pas forcément le plus facile.

Au départ de chaque étape, il y a toujours des cyclistes qui tentent de s’évader et d’atteindre la tête du peloton. Le plus souvent ce sont ceux qui ne jouent pas le classement général et qui n’ont rien à perdre, leur unique et principal objectif est de justifier leurs sponsorings en obtenant le podium et donc un passage à la télévision.

Le meilleur grimpeur, le maillot à pois rouge

Les étapes qui nécessitent de grimper demande un effort conséquent, les grimpeurs spécialisés ont donc un avantage. Les ascensions sont classées de 1 à 4, plus le chiffre est petit, plus l’ascension est difficile.

Il est possible qu’une ascension de catégorie 3 vale autant qu’une catégorie 1, cela arrive lorsque les organisateurs considèrent que l’ascension de catégorie 3 est suffisamment longue pour rivaliser avec une courte ascension de catégorie 1.  Il existe aussi des ascensions encore plus difficiles qu’une catégorie 1, elles sont appelées les Hors-Catégorie, ce terme était utilisé car même les voitures ne pouvaient faire ces montées.

Le meilleur sprinteur, le maillot vert

Certains points qui permettent d’obtenir le maillot vert sont distribués via les sprints intermédiaires, ils sont répartis sur chaque étape afin d’encourager les équipes à aller vite et provoquer des échappées pour augmenter la tension et le spectacle d’une course.

Mais le sprint final reste celui qui rapporte le plus de points, ce qui explique le choix de certaines équipes de conserver leurs sprinters dans le peloton avant la fin de la course. Ce travail ressemble à celui des équipes qui essaient de faire gagner leurs leaders de course, sauf que là, il est réservé pour les sprinters.

Les sprints obéissent généralement à une loi de base, les équipes forment une ligne autour de leurs sprinters afin de les protéger jusqu’à ce qu’elles approchent de la ligne d’arrivée. Une fois près de cette ligne, les équipes doublent leurs sprinters afin de leurs offrir un boulevard pour qu’ils fassent leurs meilleurs sprints.