Les mondiaux d’Athlétisme à Doha

Les mondiaux d’Athlétisme se dérouleront du 27 septembre au 2 octobre à Doha au Qatar, dans un contexte très particulier.

Des mondiaux dans la fournaise

Le choix du Qatar en septembre ne laissait pas de doute sur les températures attendues, c’est à dire extrêmes. Et même si le déplacement d’août à fin septembre a été fait pour éviter les pires températures, cela s’annonce très chaud à Doha.
Bien loin de celles de Londres en 2017 en tout cas et craintes pour l’immense majorité des athlètes. Le taux d’humidité très important ( 60 % !) et le températures caniculaires de jour comme de nuit placent les compétiteurs dans des situations inconnues, faisant craindre pour leur santé et leur intégrité physique.

Un stade climatisé pour le show/chaud

Khalifa International Stadium

Le Khalifa International Stadium et ses 46 000 places assises, où vont se dérouler la majorité des épreuves est lui prévu pour être maintenu à une température ambiante de 25 dégrès !
Comment est-ce possible alors que l’on dépasse les 50° à l’extérieur ? Le stade à été équipé de 3000 bouches d’aération, sortent d’immense climatiseur géant, pour permettre des pratiques sportives à une température  » normale » au niveau des pistes d’athlétisme.
Il faudra tout de même gérer les variations de température intérieur/extérieur incessantes pour les athlètes ce qui risque de chambouler l’ordre sportif et les pronostics

Les épreuves d’endurance hors stade menacées

Mais ce sont les épreuves « hors stade » qui inquiètent au premier chef. Les épreuves du marathon homme et femme, ainsi que le 50 km marche, du fait des distances et donc de la durée, doivent se courir hors du stade ce qui veut dire loin de l’air frais. Et courir 50 km sous 50 degrés ne parait pas raisonnable du tout.
A tel point que, la polémique enflant, l’organisation laisse planer le doute sur le déroulement des épreuves citées plus haut. Le champion français Yohann Diniz s’est d’ailleurs largement exprimé sur le sujet en laissant éclater son mécontentement face au sort réservé à sa discipline.

Et le show côté sport ?

Les championnats du monde de Doha vont d’abord être marqué par une absence. En effet, il s’agit des premiers mondiaux depuis la retraite d’Usain Bolt. Le jamaïcain, immense star mondiale de l’athlétisme laisse donc la place libre pour toute une nouvelle génération de sprinteurs sur les épreuves phares du 100 m (finale samedi 28) et 200 m.
Et c’est l’américain Christian Coleman qui semble être annoncé comme successeur de Bolt sur le 100 m. Il est en effet le plus rapide depuis 2 saisons en sprint.

Sur 200 m, le favori annoncé s’appelle Noah Lyles, 4eme meilleur temps de l’histoire avec 19″50.
Mais peut-on espérer voir tomber les records du jamaïcain ?

Certaines marques mondiales sont espérées à Doha dans des disciplines comme le 400m haies, le saut en longueur, le triple saut et bien sûr le décathlon où le français Kevin Mayer fait figure d’immense favori et de candidat idéal pour battre son propre record.