Edgars Dikis:  » J’ai saisi cette belle opportunité ! »

By
Updated: octobre 29, 2015
12143189_1629054674043962_1415520034670164989_n

Débarqué l’hiver dernier sur la pointe finistérienne en tant que renfort dans les rangs des Albatros de Brest, Edgars Dikis, a su convaincre le club de le conserver.  Le défenseur letton porte de nouveau le chandail des Albatros cette saison et raconte son histoire avec les Albatros. Interview. 

Edgars, la saison passée tu es arrivé chez les Albatros en tant que renfort hivernal. Raconte-nous ton arrivée dans la cité du Ponant et les raisons qui t’ont amené jusqu’ici…

Tout remonte au moins de décembre dernier. En fait, lors de la saison 2014-15, je jouais pour le club de Jokipojat en Finlande, équipe avec laquelle j’ai disputé une quarantaine de matchs. Mais j’étais uniquement prêté une saison puisque j’appartenais au club letton des HK Riga. Et par la suite, pour diverses raisons, je me suis retrouvé sans club. Alors quand les Albatros de Brest ont contacté mon agent, j’ai saisi cette belle opportunité !

Quels étaient tes objectifs en rejoignant les Albatros pour seulement quelque mois ?

C’est assez simple. Je n’avais pas de club et Brest m’offrait la possibilité de retrouver du temps de jeu. J’avais à cœur de montrer que Brest avait eu raison de me faire confiance et je voulais également me prouver que j’avais la capacité d’aider l’équipe à atteindre ses objectifs. Et au final, tout s’est bien passé. Ce fut une saison réussie et je suis ravi d’avoir signé à Brest pour une saison supplémentaire.

Quel bilan tires-tu de tes premiers mois sous les couleurs des Albatros ?

C’était vraiment une très belle expérience. J’ai tout de suite de suite aimé l’ambiance qu’il y avait au sein des vestiaires. Les joueurs se connaissent très bien entre eux et l’atmosphère est agréable. Cela m’a mis dans de bonnes conditions et a facilité mon intégration. Quant à ce championnat que je ne connaissais pas, j’ai trouvé que le niveau de la Ligue Magnus était bon. J’ai vraiment apprécié mes premiers mois en France.

Cette saison, tu portes à nouveau le maillot d’Albatros de Brest ces quelques premiers mois convaincants. C’est ce que tu espérais ?

En effet, j’étais satisfait de mes premiers mois passés ici. Le plus important était d’avoir du temps de jeu. En plus, tout me plaît ici à Brest, j’aime le club et ses supporters mais aussi la ville et ses environs. Alors je n’ai pas hésité à prolonger l’aventure !

En plus d’être joueur des Albatros, tu es aussi joueur international letton. Quels sont tes objectifs dans un futur proche ?

Avec Brest, je souhaite réaliser la meilleure saison possible, tant sur le plan individuel que collectif. Et en ce qui concerne l’équipe nationale, ce que je peux dire, c’est que j’ai adoré joué avec les sélections U18 et U20. C’est toujours une fierté de représenter son pays au niveau international.

Que t’évoquait la Ligue Magnus avant d’arriver en France ?

Honnêtement, je ne savais pas grand-chose à propos du championnat ni même de l’équipe parce que je n’ai jamais eu l’occasion d’affronter Brest ou de jouer avec ou contre un des joueurs de l’équipe. J’avais juste entendu que la Ligue Magnus était un bon championnat.

12191168_1051209574913528_8706020753619223175_o

Comment définirais-tu ton style de jeu et que penses-tu apporter à l’équipe ?

Je n’ai pas trop l’habitude de parler de mon cas personnel, c’est difficile pour moi de décrire ou évaluer mon jeu. En revanche, je peux dire que je donne toujours le meilleur de moi-même pour venir en aide à l’équipe et apporter ma pierre à l’édifice. Car je crois que nous avons une très bonne équipe saison, dotée d’un fort potentiel pour faire de belles choses dans cette Ligue Magnus.

Maintenant que le Rïnkla Stadium t’est plus familier, que penses-tu des supporters et peux-tu nous donner quelques-uns de tes traits de caractère afin qu’ils te connaissent un peu plus ?

On sent que les supporters sont présents pour nos soutenir et c’est toujours un plaisir de jouer au Rïnkla. Et pour mieux faire connaissance, je dirais que je suis quelqu’un d’ambitieux, d’avenant et de généreux. Mes défauts seraient mon émotivité, l’impatience et l’impulsivité. Enfin, c’est ce que dit ma copine ! (rires).

Ton numéro de maillot (le 41) a-t-il une signification particulière et as-tu rituels avant de monter sur la glace ?

On m’avait attribué ce numéro par et j’ai décidé de continuer de jouer avec cette saison également. Et avant de monter sur la glace, je n’ai pas de rituel particulier.

Des passions en dehors du hockey ?

J’aime la cuisine (et cuisiner), regarde des films, écouter de la musique et surtout lire des livres, beaucoup livres.

Quelle est ton impression sur la région et la ville que tu as pu découvrir ?

Je pense que la Bretagne est une très belle région. On m’a dit que la ville de Brest avait été reconstruite après la guerre c’est pourquoi elle n’est pas vraiment représentative de ce que l’on appelle « le charme à la française ». Cependant, cela reste un bel endroit et j’apprécie vivre ici.

Pour finir, un petit mot à l’intention de supporters ?

« Merci pour le soutien que vous nous apportez. Continuez à croire en nous et on ne vous décevra pas ! »

Interview traduite de l’anglais au français – Crédit photo: Nicolas Stéphan

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *